Arbre
Thierry Jarrige
A propos de moi

Entrepreneur et militant, j'oeuvre pour d'autres formes de dynamismes pour nos territoires :

  • réseau de tiers-lieux créatifs ;
  • initiatives citoyennes ;
  • transition durable ;
  • ...

J'ai décidé de vivre en Cévenne il y a une trentaine d'années. J'ai 54 ans, mes trois enfants sont grands et je crois pouvoir contribuer à relever les nouveaux défis et changement de paradygme qui se présentent à nous.

J'anime plusieurs projet :

  • Tiers lieu et habitat groupé : Association CCC
  • Outil en ligne de dynamisme local : Reseaucitoyen
  • Coopérative de chantiers écoles en éco-rénovation : SCIC Castellas
  • ...
Professionnellement

J'ai un parcours de technicien, de dirigeant associatif et d'entrepreneur social et solidaire.

Mes expériences professionnelles sont riches et variées : Aéronautique, Agriculture, Artisanat, Arts de la rue, Association, Construction, Coopératives, Électricité, Habitat groupé, Informatique, Mécanique, Photographie, Accompagnement social,  ...

Depuis 2009, j'explore les outils d'intelligence collectives et me forme à l'assemblage de portail web coopératifs avec le CMS Drupal.

J'accompagne des organisations vers plus de maîtrise, d'efficacité et de cohérence de leurs processus et de leurs outils web. Je propose également, dans ce cadre, des formations, des animations et des prestations personnalisées sous l'apelation "Ekosysteme".

Partenaire depuis
depuis 6 années 11 mois

Accompagnateur de projet

Définition

  • Conseille et accompagne les dirigeants de l'entreprise dans l'élaboration de stratégies de transformation, d'adaptation et de conduite du changement. Conçoit les processus de changements organisationnels et managériaux (humains, technologiques, financiers, informatiques, démarche qualité, sécurité, ...) selon les finalités attendues.
  • Peut coordonner l'activité d'une équipe ou diriger un service.

Accès à l'emploi métier

Cet emploi/métier est accessible avec un Master (Master professionnel, diplôme d'école de commerce, diplôme d'ingénieur, ...) en organisation, management, ressources humaines, commerce, ... complété par une expérience professionnelle dans le secteur de l'entreprise.

Conditions d'exercice de l'activité

L'activité de cet emploi/métier s'exerce au sein de sociétés de services, de cabinets de conseils, en entreprise, ... en relation avec différents services et clients (finances, informatique, production, qualité, ressources humaines, ...).

Elle varie selon le secteur (industrie, service, banque, ...), le domaine d'intervention (finances, ressources humaines, management, ...) et la taille (groupe, PME).

Environnements de travail

Structures

  • Association
  • Service de santé au travail
  • Collectivité territoriale
  • Entreprise
  • Établissement médical (hôpital, clinique, ...)
  • Organisme de contrôle et de certification
  • Société de conseil
  • Société de services

Secteurs

  • Administration / Services de l'État

Conditions

  • Travail en indépendant

Entrepreneur de l'économie sociale et solidaire

Niveau : Niveau I (Bac + 5 et plus)

Niveau européen : 7 : Savoirs hautement spécialisés

Descriptif : L'entrepreneur de l'économie sociale et solidaire est un chef d'entreprise qui dirige une structure dont la finalité économique est au service de l'objet social. Il est avant tout un entrepreneur du secteur de l'insertion sociale et professionnelle ou de l'économie sociale et solidaire : il intervient lors de création, reprise, diversification d'activité, transmission d'entreprise.

Objectif : Le titulaire de la certification est capable :

  • d'entreprendre
  • d'élaborer et mettre en oeuvre le projet social
  • de développer et gérer les ressources humaines
  • d'organiser, adapter et gérer les moyens techniques et économiques.

Débouchés : L'appellation « entreprise sociale » recouvre des réalités et des pratiques diverses dans de nombreux secteurs d'activité.

Deux secteurs se distinguent :

  • secteur de l'insertion sociale et professionnelle : entreprise d'insertion, associations intermédiaires, entreprises de travail temporaire d'insertion, chantiers d'insertion, régies de quartier, activités d'utilité sociale, centres d'aide par le travail, PLIE, organismes de prévention spécialisés, d'accueil d'urgence, d'information et d'accompagnement des publics... (les activités développées sont à titre d'exemple : les services aux personnes, la confection, les espaces verts, le recyclage, l'agriculture biologique, le BTP , la taille moyenne des structures est de 20 salariés)
  • secteur de l'économie sociale et solidaire : coopératives, mutuelles, associations de toutes tailles et d'activités diverses

Les positions hiérarchique et fonctionnelle de l'entrepreneur social sont :

  • dirigeant, chef d'entreprise
  • président, président-directeur général
  • directeur, directeur général, directeur adjoint
  • gérant

RNCP :

Inscrit sur demande - Voir la fiche RNCP n°4740

Métiers (ROME) :

M1301 : Direction de grande entreprise ou d'établissement public
M1302 : Direction de petite ou moyenne entreprise

http://www.intercariforef.org/formations/entrepreneur-de-leconomie-sociale-et-solidaire/certification-53215.html

https://candidat.pole-emploi.fr/marche-du-travail/fichemetierrome?codeRome=M1402

http://www.rncp.cncp.gouv.fr/grand-public/visualisationFiche?format=fr&fiche=4740

Permaculteur

Savoir s'enrichir de chaque ressource dans une créativité sincère.

Photographe

Le photographe proprement dit réalise des prises de vue : repérage, réglages techniques (lumière, cadrage, mise au point, vitesse…).

Suivant le sujet photographié et la destination des photos, on devient photographe de portrait, reporter photographe de presse, photographe industriel, photographe publicitaire, photographe d'illustration, photographe de mode, photographe scientifique ou médical.

Aujourd’hui, la plupart des débouchés se situe en labo. Le technicien photographe effectue toutes les opérations nécessaires à la réalisation d’épreuves photographiques : tri et l’assemblage des films et des épreuves, développement des négatifs, développement des positifs sur papier ou diapositives.

Enfin, il effectue les opérations de finition : vérification, calibrage, mise en sachet, tarification. Dans un magasin, il assure les activités de vente et de conseil auprès de la clientèle.

En laboratoire, le travail s’effectue dans l’obscurité ou à la lumière artificielle. Dans les « mini-labs » le photographe est en contact avec la clientèle.

A noter que le passage des techniques traditionnelles au numérique a modifié les compétences des professionnels. À la culture de l'image s'ajoute désormais une maîtrise de l'informatique.

Formateur

Quel est son rôle ?

Avant toute chose, un formateur sera la référence des participants pour répondre à leurs questions et les éclairer à chaque confusion. De ce fait, il doit maîtriser son domaine avant de devenir formateur dans celui-ci. Il est possible qu’un formateur soit capable de maîtriser plusieurs domaines à la fois.

Le formateur professionnel conçoit lui-même le contenu pédagogique de sa formation. Son devoir est d’élaborer un emploi du temps bien planifié dans le but d’optimiser la transmission de connaissances et de compétences. Il doit aussi choisir les outils pédagogiques qui vont l’aider à expliquer les cours et à animer sa classe.

Comme chaque participant est unique, le formateur sera amené à se familiariser à toutes les personnes apprenantes. L’intérêt est d’offrir pour chacun des participants une formation complète et personnalisée. Il sera également amené à évaluer l'ensemble des participants à sa formation, à la fin de chaque session à l’aide d’un bilan à chaud et à froid ou d’un simple contrôle.
Enfin, les participants peuvent venir de différents milieux sociaux. Devenir formateur, c’est aussi s’adapter à toutes les circonstances et les caractères de chaque participant pour inspirer la confiance et transmettre son savoir.

Quelles sont ses missions ?

Pour réussir ses objectifs de formation, le formateur a pour mission d’animer son cours avec confiance et aisance. Son groupe doit garder une dynamique positive tout au long de la formation afin de conserver la motivation des apprenants. Ce sont ses seuls moyens pour parvenir à transmettre les contenus pédagogiques et satisfaire les participants.

L’animation et ses fondamentaux pour devenir formateur
Animer son groupe est la première mission du professionnel. Sans cela, il ne pourrait pas avoir une interaction fluide entre lui et ses auditeurs. Le but est d’aider ces derniers à se focaliser et à se concentrer sur chaque thème traité.

Savoir animer un groupe
Cette compétence fait partie des trois fonctions du formateur. Il doit adopter les attitudes-clés pour devenir formateur. Ses attitudes s’appliquent à chaque scénario pédagogique qu’il va rencontrer pendant l’intervention.

Pour maîtriser l’animation, le moyen le plus sûr est l’identification des différentes méthodes et techniques pédagogiques de celle-ci. Avec ce dernier, le formateur sera capable de prendre en main toutes les situations qui se mettent face à lui.

Les outils de l’animation
En ajout des fondamentaux de l’animation, il existe aussi des outils qui peuvent aider à améliorer celle-ci. Comme exemple, il y a les apports des neurosciences qui vont agir directement dans les étapes et conditions clés des apprentissages.

L’intervenant peut également utiliser ou concevoir ses propres supports de formations, toujours dans l’objectif d’animer sa formation. Il doit maîtriser la prise de parole, connaître les autres outils de communication associés à la formation et savoir gérer les situations difficiles. Il existe aussi des outils digitaux qui pourront apporter de la modernisation et de l’innovation dans la formation.
Les outils de l’animation vont aider la formation à se distinguer d’autres formations du même thème. Cela dit, ils doivent être uniques, modernes et même ludiques pour attirer le plus d’attention au sein des auditeurs.


La conception de la formation
Cela concerne la création des contenus de la formation et les choix d’outils pédagogiques utilisés dans celle-ci.

Savoir les étapes de la conception
Pour concevoir une formation, il faut établir un plan avant même de la publier. Tout commence par la maîtrise du sujet à discuter, c’est-à-dire que le formateur doit connaître tous les aspects de son domaine. En guise d’exemple, un formateur en informatique dispose de toutes les compétences liées à la matière et a un minimum d’expérience professionnelle dans celle-ci. Il doit aussi adapter sa formation au temps et à l’espace de sa plate-forme. S’il a 11 jours pour le faire, il a le droit de gérer ces journées pour que les contenus pédagogiques soient bien répartis. L’espace de formation doit être étudié en avance. Tout cela concerne les supports de formation, les emplacements des chaises et les possibles espaces externes de formation.

Éditer chaque étape de la formation
Éditer chaque étape fait partie de la conception de la formation. Il consiste à associer des techniques variées à chaque étape de la conception. Le formateur doit établir encore une fois un timing pour chaque étape. C’est-à-dire, combien de temps pour la prise de parole, combien pour les exercices et combien pour les questions.
C’est aussi pendant ce moment qu’il doit choisir les outils pour chaque étape. Tel outil digital pour cette matière ou tel jeu pédagogique pour l’autre matière. Il est nécessaire de varier les outils d’animation pour ne pas mettre les participants dans l’ennui.

Préparer une évaluation
Toute formation digne de ce nom doit se terminer par une évaluation. Le but n’est pas de juger le participant mais de s’assurer qu’il a tout assimilé. À l’occurrence, si l’apprenant a des difficultés pendant cette évaluation, il est possible que la formation ait des failles.

La maîtrise des techniques pédagogiques pour devenir formateur
Cette mission consiste à avoir toutes les compétences pédagogiques nécessaires à la formation. Pour cela, le formateur doit savoir identifier les facteurs clés de succès pour l’animation.

Les techniques pédagogiques
Il doit aussi prendre efficacement la parole et gérer les moments clés. Cela se sait par une bonne dynamique gestuelle, une bonne maintenance de l’attention, une bonne gestion de trac et une interaction continue avec les participants. La bonne gestion des moments clés est indispensable pour devenir formateur. Il doit alors savoir démarrer une formation, lancer et conclure les séquences ainsi que finir une session de formation.

Une dynamique de groupe positive
Le formateur peut juger sa performance en avance grâce à une bonne dynamique de groupe. Une dynamique de groupe positive veut dire que tous les participants sont bien impliqués.
Pour cela, le formateur doit avoir une bonne gestion des situations difficiles. Il doit aussi susciter une participation active des apprenants. Son but est d’avoir un groupe homogène à partir d’un groupe hétérogène.

Les compétences requises pour devenir formateur
Pour devenir formateur, il est d’abord indispensable de maîtriser un domaine précis. Cela peut concerner les sciences humaines, les sciences physiques, l’informatique, le management, le développement personnel, le marketing, la gestion, le commerce, la communication, etc. Il existe tellement de sujets de formation pour chaque domaine.
Un formateur doit être capable de transmettre ses connaissances. En effet, il doit avoir des compétences pédagogiques pour pouvoir former d’autres personnes. Il peut acquérir ces compétences grâce à une formation en formateur professionnel ou par des expériences de stage ou autres. Le meilleur des moyens reste la formation au métier d’un formateur.

En étant formateur, il doit être capable d’animer une classe ou un groupe d’auditeurs. Sans l’animation, il serait au même niveau d’une simple plate-forme d’information comme un livre, un support de cours ou un texte. L’animation va aider les participants à assimiler toutes les connaissances qu’on leur donne.

Le devoir du formateur est aussi de concevoir sa formation à l’aide des contenus et des outils pédagogiques de son choix. Il va être le responsable de la gestion du temps et de l’espace durant toute la formation. Il a également le devoir de gérer les exercices et les évaluations mises à la disposition de ses auditeurs.

Pour réussir à former, il est nécessaire d’avoir la maîtrise sur les techniques pédagogiques à employer, mais aussi sur la dynamique de groupe. Le formateur doit savoir communiquer avec aisance et avec confiance, il doit rester en totale interaction avec son public pour répondre aux questions et pour motiver le groupe. Son groupe d’auditeurs doit avancer sur une même ligne et doit atteindre les mêmes objectifs de formation.

La formation pour devenir formateur professionnel
Bien évidemment, il existe des cursus universitaires pour avoir ce métier. Toutefois, ces cursus sont longs et ne sont pas personnalisés. Pour faire simple, les sortants restent des spécialistes de la formation, mais n’ont pas des domaines précis pour pouvoir exercer leurs compétences.

Le meilleur moyen est d’opter pour un cursus sur une matière puis de suivre une formation certifiant de formateur professionnel. Une formation de ce genre peut durer quelques jours ou quelques semaines. Le but de ces formations est de transmettre les compétences requises pour devenir formateur sur un thème.
La formation de ce type s’adresse à toute personne qui souhaite devenir formateur professionnel dans leur domaine. La formation ne demande aucun prérequis, mais il faudrait quand même maîtriser un sujet de formation. Sans cela, il ne sert à rien de suivre la formation, car elle n’aborde pas un sujet précis.

Les participants peuvent être des salariés en reconversion, des demandeurs d’emploi avec des bagages universitaires, des simples dirigeants qui veulent former ses employés, et même des formateurs débutants qui veulent se professionnaliser. Ces intéressés peuvent s’inscrire à une formation générale qui aborde tout le sujet ou choisir des modules qui concernent des compétences précises.

Formation
Formation de Formateur
Mine de Formateur

30100 Ales
France

Du
Au

Cette formation a pour valeur ajoutée sa conception et son animation. En effet, elle est conçue et animée par une équipe de formateurs expérimentés (+ 20 ans) aux parcours complémentaires de dirigeants, de responsables pédagogiques et de formateur/consultant. Les contenus des modules proposés sont donc enrichis de ces expériences pratiques en cohérence avec les évolutions structurelles et conjoncturelles de la formation professionnelle et notamment du cadre réglementaire, loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Eco-constructeur

Le bâtiment, la construction, les chantiers, pour le neuf ou l’ancien- depuis quelques années- sont au centre d'une véritable révolution celle de l’Eco construction. Elle vise à une amélioration sans précédent des performances  thermiques et énergétiques de l’habitat avec l’ambition du respect de l’environnement et celle d’une amélioration importante des conditions de vie.

Cette révolution est en particulier celle des matériaux comme le lin, le chanvre, le bois sous toutes ses formes les copeaux, les panneaux, la sciure, celle de la chaux, de la peinture et des enduits bio qui, convenablement utilisés, vont aboutir à de bonnes performances du point de vue isolation thermique et phonique. La démarche Haute Qualité Environnementale – HQE - les labels haute performance énergétique ou "bâtiment basse consommation" entraînent une multitude d’innovations au niveau des produits et matériaux de construction ainsi que des techniques de construction.

En parallèle à cette révolution, l’on assiste à une transformation significative des compétences professionnelles des ouvriers du gros œuvre ainsi que celles des intervenants du second œuvre.

Créatif

Qui développe une approche créative voir disruptive, quelque soit le domaine d'application

Concepteur industriel

Pototypage et design produit
Du stylo bille à la carrosserie de la voiture en passant par les meubles : il y a du design dans tous nos objets ! A la frontière entre création et fabrication, le designer produit invente les formes des objets de demain tout en intégrant les contraintes de fabrication.

ACTIVITÉS
Le designer produit (encore appelé designer industriel) crée l’aspect visuel extérieur d’un produit : sa forme, ses couleurs, son ergonomie, sa taille, etc. L’objectif est de rendre un produit attractif d’un point de vue commercial. Le designer produit analyse les besoins, crée le design et suit sa production avant le lancement sur le marché et son impact sur les consommateurs. Il est donc à la fois ingénieur et spécialiste du marketing. Placé au carrefour des contraintes techniques, commerciales et culturelles, le designer produit est en même temps inventeur, artiste, technicien et ergonome. Sa préoccupation majeure : l'étude du coût de fabrication, l'objectif étant de créer des objets tout en améliorant la productivité. Il travaille en respectant le droit de la propriété industrielle et artistique ainsi que les normes de sécurité et de l’environnement.

Après avoir intégré toutes les contraintes techniques et économiques d’un produit, il réalise un prototype.
Pour réaliser son prototype, grâce à des logiciels de dessins industriels spécifiques, le designer produit doit respecter des facteurs-type :

Afin de finaliser l'élaboration de son prototype, le designer décide également des techniques de fabrications adéquates ; c'est aussi à lui de proposer des matériaux nouveaux. Il peut être amené à modifier son projet lors de la phase de tests destinée à étudier la faisabilité technique et l’accueil commercial du produit.

A la pointe de l'innovation, le designer industriel se doit d'être au courant de l'évolution des modes, concepts et technologies actuelles.

Technicien aéronautique

Définition

  • Réalise l'entretien, le contrôle et la maintenance préventive et curative des aéronefs selon les protocoles de visites et la réglementation de l'aéronautique.
  • Peut réaliser des visites en ligne ou en escale et des interventions de grand entretien.
  • Peut coordonner une équipe.

Accès à l'emploi métier

Cet emploi/métier est accessible avec un diplôme de niveau Bac professionnel à Bac +2 (BTS, DUT) en aéronautique assorti d'une mention complémentaire (systèmes cellule, avionique ou hélicoptère).

Il est également accessible avec un CAP/BEP dans le secteur de l'aviation légère ou en aviation d'aéroclub (aéronefs < 5,7 tonnes et moins de 9 places).

Des Qualifications Techniques -QT- par types d'appareils sont requises pour les postes en ligne, escale ou atelier, le plus souvent complétées par une expérience professionnelle.

Un ou plusieurs Certificat(s) d'Aptitude à la Conduite En Sécurité -CACES- conditionné(s) par une aptitude médicale à renouveler périodiquement peu(ven)t être requis.

La pratique de l'anglais est exigée.

Conditions d'exercice de l'activité

L'activité de cet emploi/métier s'exerce au sein de compagnies aériennes, d'unités d'entretien d'aéroclub, de sociétés de services en maintenance aéronautique, des armées en relation avec l'équipage, les clients et divers services (techniques, qualité et logistique). Elle peut impliquer des déplacements et un éloignement du domicile de plusieurs jours ou mois (armée).

Elle varie selon le secteur (aviation légère, aviation commerciale, armée, ...) et le mode d'organisation.

Elle peut s'exercer en horaires décalés (pistes et escales), par roulement et être soumise à des astreintes.

L'activité peut s'exercer à l'extérieur (piste, ...), en hangar, en atelier, sur porte-aéronefs et peut impliquer des positions pénibles (accessibilité des installations).

Le port d'Equipements de Protection Individuelle -EPI- (casque antibruit, gants, lunettes de protection, gilet fluorescent ...) est exigé.

Environnements de travail

Structures

  • Aéroclub
  • Compagnie aérienne
  • Compagnie aérienne avion-taxi
  • Constructeur aéronautique
  • Société de services
  • Société de Travail Aérien

https://candidat.pole-emploi.fr/marche-du-travail/fichemetierrome?codeRome=I1602

Thyko

Thyko

Une activité de réalisation de prototypes, décors, dispositifs scénographiques et équipements pour l'autonomie.